Les territoires et leurs complémentarités

La problématique

Une région qui, par sa position géographique et son organisation territoriale, dispose de différentes dynamiques de création de richesses (moteurs métropolitains, villes moyennes structurantes).
Comment faire émerger un modèle combinant plusieurs formes de moteurs économiques et des fonctions différenciées ?

Les effets du changement d’échelle

Le modèle et l’organisation des territoires des deux anciennes régions ont évolué.

A titre d’exemples : le statut d’Amiens évolue avec la perte du statut de capitale régionale.

Le changement d’échelle bouleverse la typologie et la hiérarchie des territoires : petites villes, ruralités.

Quelle nouvelle posture ?

Le développement régional ne peut se penser uniquement dans le rapport des territoires aux métropoles lilloise et parisienne. Chaque type de territoires, avec des fonctions et des rôles différents, participe du développement régional. De nouveaux emboitements territoriaux et complémentarités sont possibles.

A titre d’exemples : des systèmes de villes pourraient être renforcés, comme le couple Lille-Amiens. Un nouveau positionnement des villes moyennes pourrait être envisagé, à l’interface des dynamiques métropolitaines et rurales.

Des régulations à opérer dans le cadre du SRADDET

CarteLes gaz à effets de serre dus aux mobilités, les spécialisations territoriales…

  • Une région au fonctionnement territorial spécifique : deux moteurs métropolitains dont l’un interne et l’autre externe. Des villes moyennes qui structurent également une part importante du territoire régional.
  • Un effet de redistribution avéré : la Métropole lilloise produit 27% des richesses régionales (avec 19% de la population régionale), majoritairement redistribuée au niveau des territoires de proximité.
    L’influence francilienne conduit également à des redistributions de richesses dans le sud.
    Les villes moyennes (Communauté d’Agglomération – Communauté Urbaine) créent 46% de la richesse régionale (40% de la population régionale).
  • Ces différentes formes de création de richesses ne se superposent pas nécessairement avec un solde migratoire positif. La problématique de l’attractivité se pose différemment selon les types de territoires.

Il n’y a pas de modèle unique de compétitivité territoriale.

En vidéo

Les territoires et leurs complémentarités
Interview de Nadine Cattan – Directrice de recherche au CNRS
Interview de Gaëlle Schauner – Architecte et ingénieur au CEREMA